184 LOGEMENTS ÉTUDIANTS ET 33 LOGEMENTS

VILLEJEAN - AVENUE DU LANGUEDOC / RENNES

concours : 2007
surface : 8 500 m² SHON
montant : 9 M€ HT


responsable projet : Jose Kleemans
maître d’ouvrage : Archipel Habitat, OPAC de Rennes Métropole
architecte associé : CK architectures
b.e.t t.c.e : BETOM

Un projet architectural et urbain.
Une des plus belles entrées de ville de Rennes. Une sédimentation de différentes époques, de différentes typologies urbaines, de différentes architectures...  Un tissu urbain quelque peu hétérogène. Une cohabitation malgré tout heureuse entre le bâti et le végétal, très présent sur ce site.
Tel est le contexte dans lequel nous nous insèrerons. Plus qu’un bâtiment, c’est un processus, ou en tout cas son amorce qu’il s’agit de mettre en œuvre. L’amorce d’une recomposition urbaine plus générale, le début de la requalification d’un quartier et d’une de ses plus visibles façades : l’avenue du Languedoc. Ce projet se devra d’anticiper l’aménagement du bâti le long de cette route,  la recomposition du carrefour et des batiments futurs des parcelles voisines.
 Notre proposition se base sur les orientations du schéma d’urbanisme, puis se structure sur une matrice urbaine et se formalise par la typologie et le programme. L’échelle urbano-architecturale constitue le fondement de notre projet.

Une figure urbaine globale et unitaire.
Le projet urbain envisagé, son échelle, ainsi que les différentes réglementations urbanistiques, impliquent une articulation volumétrique et fonctionnelle précise. Nous nous proposons donc d’installer une figure urbaine globale et unitaire qui abrite les deux programmes. Cette figure se déploie et se plie selon des séquences particulières :
    •    le long du boulevard Saint Jean Baptiste de la Salle puis le long de la route de Saint Brieuc, nous installons les logements en accession en R+4. Ils sont l’outil de la création d’un front urbain poreux. Ils accompagnent la progression de l’échelle du bâti de l’ouest vers l’est.
    •    Le long de l’avenue Winston Churchill, est positionnée la résidence étudiante sur cinq niveaux. La rationalisation des logements étudiants implique des logements mono-orientés. Nous avons donc privilégié l’orientation est-ouest des cellules pour le plus grand nombre possible de chambres. Le bâtiment le long de l’avenue conserve dans sa géométrie et son échelle le rapport indispensable au tissu urbain environnant. Ce bâtiment est par ailleurs soulevé du sol, afin d’ouvrir l’espace intérieur de la parcelle. Ce soulèvement est aussi l’outil d’une mise en scène symbolique, événementielle et monumentale. Il gère l’articulation de l’angle de la parcelle et du carrefour.
    •    En « fond » de parcelle, le long de l’avenue du Languedoc, un bâtiment bas à R+1, accueille l’entrée de la résidence, les espaces communs et un niveau de chambres. C’est le fond du décor de l’esplanade public.
    •    Ces deux derniers éléments volumétriques, sont liés au bâtiment des logements, par 3 niveaux de chambres étudiantes, créant ainsi un « porche », ouvrant depuis l’esplanade et le carrefour, une liaison forte vers l’avenue du Languedoc. C’est ce porche qui gère le passage entre « le devant et l’arrière ».
Notre projet constitue donc une figure urbaine simple, globale et unitaire, qui se plie et se replie, gérant ainsi les différents impératifs fonctionnels. C’est une muraille douce et perméable qui abrite une esplanade publique généreuse.

Un espace public comme élément structurant du projet.
La configuration spatiale et l’implantation du bâti nous permettent donc de créer un parvis public généreux. C’est depuis ce parvis que l’entrée à la résidence étudiante s’effectue. Sur cette esplanade et sous le bâtiment-pont, est implanté un vaste parc de stationnement pour les vélos, en continuité de celui, fermé, qui est positionné au rez-de-chaussée de la résidence.
L’aménagement de cette place, est pour nous l’occasion, de repenser et de réaménager les différents flux des piétons et des vélos depuis le carrefour et vers l’avenue du Languedoc. Le projet d’espace public est une interface entre un devant animé et bruyant (la route de Saint Brieuc, le carrefour…) et un arrière plus calme (l’avenue du Languedoc). Cette esplanade est une articulation emblématique et symbolique.
 La porosité visuelle vers le cœur d’ilot constitue un élément structurant fondamental du projet.